Les frais d’inscription à l’université en 2020

Le 1er juillet 2020, le Conseil d’État a statué sur les frais d’inscription à l’université et sur une hausse pour les étudiants étrangers.

Les frais d’inscription à l’université comprennent différents éléments dont les frais liés à la scolarité, la contribution de vie étudiante et de campus (CVEC) et la médecine préventive. Pour les établissements publics, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche épaulé par le ministère chargé du Budget établit le montant des frais. Ils sont ensuite communiqués au sein d’un arrêté conjoint. En ce qui concerne les écoles privées, elles fixent librement leurs tarifs. Le 19 avril 2019, un arrêté est publié et mentionne l’augmentation des frais d’inscription, en particulier pour les étudiants étrangers. Le mois dernier, le Conseil d’État a validé cette hausse réactualisant le débat.

Les frais d’inscription inchangés en 2020

L’arrêté de 2019 avait annoncé que les frais d’inscription seraient désormais « indexés chaque année à compter de l’année universitaire 2020-2021 en fonction de l’indice national des prix à la consommation hors tabac constaté par l’Institut national de la statistique et des études économiques pour la France pour l’année civile précédente. » Cette indexation impliquait concrètement une augmentation de 1,2 % pour l’année scolaire 2020-2021.

En raison de la crise sanitaire, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, a annoncé le report de toute hausse des droits d’inscription. Le montant reste donc le même que celui engagé en 2019. Cette dérogation est apparue comme nécessaire afin de ne pas accroître la précarité des étudiants grandement impactés par la situation actuelle.

Le montant de l’inscription en fonction du niveau d’études

Les frais d’inscription payés par les étudiants à la rentrée 2020 correspondent à ceux de l’année précédente. Ils diffèrent en fonction du niveau d’études.

Pour un DUT ou une licence (générale ou professionnelle), l’étudiant s’acquitte d’un montant de 170 euros pour une année. En master, les frais sont plus importants et s’élèvent alors à 243 euros. Enfin, une année de doctorat, dernier échelon de l’enseignement supérieur, est facturée 380 euros.

En ce qui concerne le diplôme d’ingénieur, les établissements rattachés au ministère de l’Enseignement supérieur proposent des frais d’inscription à 601 euros. Dans certaines écoles d’ingénieurs extérieures aux universités, le montant varie en fonction de la date de début du cursus. Lorsqu’il a commencé avant le 1er septembre 2018, les frais sont fixés à 601 euros. Débuté après le 1er septembre 2018, le coût engagé pour une année passe à 2 500 euros.

Les droits d’inscription pour les études de santé sont, quant à eux, très variables en fonction du diplôme préparé et sont répertoriés sur le site du service public.

Les étudiants boursiers et les pupilles de la nation sont exonérés des frais d’inscription à l’université et n’ont donc rien à régler lors de la rentrée.

Des frais différents pour les étudiants étrangers

Le 1er juillet, le Conseil d’État a validé la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers. Énoncée au sein de l’arrêté, l’augmentation avait été largement contestée par les universités et de multiples associations étudiantes, dont l’Unef. Malgré des demandes d’annulation, les requêtes n’ont pas été entendues et les droits d’inscription sont portés à 2 770 euros en licence et 3 770 euros en master.

Des aides sont possibles pour réduire ces frais importants et, dans certains cas, une exonération totale ou partielle est envisageable. Toutes les universités ne semblent pas encore disposées à appliquer de tels montants.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *